Les Traboules, association de recherches sociologiques et ethnologiques

CV


DESCHAMPS Catherine

Née le 07 juillet 1969 à Bar-Le-Duc (Meuse)

E mail : cathdes@club-internet.fr



Titres Universitaires


1999
Doctorat d'Anthropologie Sociale : Bisexualité et bisexuels. De l'invisibilité à l'idéologie de la diversité : l'histoire d'un rapport ambivalent à la domination. EHESS/ENS-Paris. Mention "très honorable avec les félicitations", dir. Marie-Elisabeth Handman. Doctorat soutenu le 14 décembre 1999, au Laboratoire de Sciences Sociales de l'ENS-Paris. Jury : Marie-Elisabeth Handman (directrice de thèse), Patrice Pinell (président du jury, directeur de recherche à l'INSERM), André Béjin (directeur de recherche au CNRS), Eric Fassin (agrégé de sciences sociales et enseignant à l'ENS).

1994
DEA de Sciences Sociales. Mémoire principal : Approches historiques, socio-anthropologiques et étymologiques de la bisexualité, dir. Marie-Elisabeth Handman. Mémoire ad-hoc : Le don de sang bénévole vu au travers d'une association nemourienne, dir. Alban Bensa. ENS/EHESS-Paris. (Ce DEA ne faisait pas à l'époque l'objet de mention).

1992
Maîtrise d'Histoire : L'hôpital Saint-Louis au XIXe siècle, vu au travers des registres d'entrée, dir. Jean-Pierre Poussou et Nicolas Sainte-Fare Garnot. Paris-IV Sorbonne, mention "très bien".

1988
Baccalauréat Scientifique, Académie de Versailles.


Qualifications


2001
Qualification par le CNU aux fonctions de maître de conférence, sections sociologie (19) et sciences de l'information et de la communication (71).

2000
Qualification par le CNU aux fonctions de maître de conférence, section ethnologie (20).


Publications et conférences


1) Ouvrages

2002
Deschamps, C., Le Miroir Bisexuel. Socio-anthropologie de l’invisible, éditions Balland, Paris, 300 p. Résumé : "les bisexuels, ça n'existe pas". A-t-on déjà entendu proférer de tels propos sur les noirs, les blancs, les juifs, les femmes ou les gays ? Etrange recherche que de produire du sens au sujet d'une population dont la présence est mise en cause. Mais la demande de preuve adressée aux femmes et aux hommes qui se disent bisexuels a une fonction pour les émetteurs des doutes, celle de les insensibiliser aux questionnements posés par la bisexualité, celle de les en protéger a priori. La bisexualité apparaît alors comme le terrain d'observation privilégié de l'ensemble des orientations sexuelles. Elle permet une mise à jour des normes les plus insidieuses, autant d'injonctions qui pèsent sur toutes et tous par delà les interfaces des catégories actuelles de la sexualité. Car la bisexualité est en quelque sorte une délatrice de l'invisible, qui ouvre, non plus sur une approche diffractée de la différence, mais sur une compréhension holistique de ce phénomène.

1996
Mendès-Leite, R., Deschamps, C., Proth, B., Bisexualité, le dernier tabou, Calmann-Lévy, Paris, 279 p. Résumé : l'ouvrage s'appuie à la fois sur des recherches historiques et sur l'analyse sociologique d'une trentaine d'entretiens semi-directifs menés auprès d'hommes déclarant des pratiques bisexuelles. On remarque un décalage entre les pratiques sexuelles et les identités socio-sexuelles données à voir, donc non-adéquation entre approches béhavioristes et inscriptions (sub)culturelles et sociales. Dans ce livre, j'ai essentiellement rédigé la partie relative à la gestion des risques VIH (pp. 181-229), et celle analysant quelques entretiens annexes conduits auprès d'épouses ou de compagnes d'hommes bisexuels (pp. 145-180).


2) Articles

a- Revues à comité scientifique et actes de colloques

2003
Deschamps, C., "D'un autre usage du corps dans la prostitution de rue à Paris : clandestinité et partage du territoire", Gradhiva, à paraître courant 2003 (article rendu et accepté).

2003
Deschamps, C., "Les bisexuels des deux sexes et leurs partenaires dans les recherches de sciences sociales", Sciences Sociales et Sida, ANRS, à paraître courant 2003 (article rendu).

2003
Deschamps, C., "Quelques enseignements à tirer des recherches sur la (bi)sexualité", Actes du colloque Genre et Sexualités (ENS, 15-16 mars 2002), L'Harmattan, à paraître courant 2003 (article rendu et accepté).

2002
Deschamps, C., "La subjectivité comme biais ou comme atout dans les recherches de sciences sociales", in Actes du colloque : Observation : quels enjeux (Versailles, mars 2001), Les Ecrits de Buc (sous presse). Résumé : en anthropologie sociale, avec le développement des recherches menées en situation de proximité géographique voire hiérarchique, la question de la distance nécessaire est reposée. Il s'agit, par l'illustration de mes propres recherches, de réfléchir sur les conditions de réception et de production de la connaissance. Quelle que soit la position des chercheurs vis à vis de leur sujet, des biais existent. Seuls un travail méthodologique et des interprétations qui ne sautent pas l'étape d'une analyse rigoureuse permettent de les limiter. Il faut dès lors penser d'une manière dynamique la prise de recul et le moyen "d'acquérir" la rupture épistémologique, plutôt que s'inquiéter d'une distance ou d'une proximité qui, dans tous les cas, ont des incidences.

2001
Deschamps, C., « Femmes en temps de sida : compte rendu », L’Homme, n°160. Le livre débattu est : Femmes en temps de sida. Expérience d’Afrique (de Laurent Vidal, PUF, Paris, 2000). Résumé : le livre présenté est mis en regard avec les manières qu'ont eu les sciences sociales de traiter des femmes et de la prévention, en particulier s'agissant des femmes africaines vivant dans les pays occidentaux.

2001
Deschamps, C., "AIDS in Europe : compte rendu", L'Homme, n°160. Le livre débattu est: AIDS in Europe. New Chalenges for the Social Sciences (de Jean-Paul Moatti et al., Routledge, London, 2000). Résumé : le compte rendu de ce collectif est prétexte à une mise en relief des idéologies implicites de la gestion du VIH par les sciences sociales, les instances publiques et associatives dans les pays européens.

2001
Deschamps, C., « Femmes plurielles : compte rendu », Droit et Cultures : revue semestrielle d'anthropologie et d'histoire, n°41, 2001/1. Le livre débattu est : Femmes plurielles. Les représentations des femmes : discours, normes et conduites (sous la direction de Danielle Jonckers, Renée Carré et Marie-Claude Dupré, MSH, Paris, 2000). Résumé : il s'agit à la fois d'une présentation des différents articles et d'une discussion de l'incidence des façons de traiter des rapports sociaux de sexe sur la réception des recherches.

2001
Deschamps, C., « Le modèle ethnographique de l’observation : les failles de la méthode », Le journal des professionnels de l’enfance, n°10, mars-avril 2001, pp. 59-60. Résumé : cet article propose un historique de la construction de la méthode ethnographique du XIXe siècle à aujourd'hui, de la réunion de l'observateur et du théoricien à la mise en cause en plusieurs étapes de la position de l'ethnologue vis-à-vis de la population observée, via, d'abord, une critique du colonialisme, puis au travers une discussion de la soi-disant "bonne" distance.

2000
Deschamps, C., « Mises en scène visuelles et rapports de pouvoir », Journal des anthropologues n°82-83 : « Approches anthropologiques des sexualités : enjeux scientifiques et sociaux », Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, décembre 2000, pp. 251-264. Résumé : Si la visibilité est une rhétorique fréquente de signification pour les minorités sexuelles politisées, elle gagne une autre épaisseur pour les femmes et les hommes qui souhaitent s'engager publiquement autour de la bisexualité. A moins de proposer une vision de la bisexualité qui renforce ce qui est de l'ordre des clichés et favorise une disqualification sociale, les femmes et les hommes bisexuels n'ont pas les moyens de "mettre en image", au sens propre, l'identité sexuelle dans laquelle ils se reconnaissent. Ainsi, ils ne disposent pas du principal recours en communication des autres minorités, à savoir les visuels fixes, les seuls à permettre une lecture rapide. Au travers cette étude de cas, se dessine une nouvelle procédure d'évaluation de la position dans la hiérarchie sociale, par la mise en parallèle entre la volonté du discours produit et la possibilité de transmission du discours.

2000
Deschamps, C., « Reproducing Reproduction : compte rendu », L’Homme, numéro spécial sur la parenté en anthropologie sociale. Le livre débattu est : Reproducing Reproduction. Kinship, Power and Technological Innovation (sous la direction de Sarah Franklin et Helena Ragoné, University of Pennsylvania Press, Phyladelphia, 1998). Résumé : les nouvelles technologies, des IVG à la procréation médicalement assistée ou encore à la (re)production de programmes informatiques intelligents, amènent à repenser les thémes de la parenté, des genres et de la fabrique d'enfants.

1997
Mendès-Leite, R., Deschamps, C., « Des mots, des pratiques et des risques : la gestion différenciée de la parole et de la prévention du VIH chez les hommes à comportements bisexuels en France », in Sociologie et sociétés, vol XXIX, n°1, Montréal, printemps 1997, pp. 99-113. Résumé : l'article porte sur l'analyse sociologique et sémiologique de parties d'entretiens relatives à la gestion des risques VIH par des hommes ayant des rapports sexuels et avec d'autres hommes et avec des femmes. Dans leurs recours discursifs, les hommes interrogés investissent très différemment les genres masculins et féminins, en particulier lorsqu'ils sont questionnés dans un contexte épidémiologique. Cette différenciation sémiotique insiste sur des recours importants aux protections dans le cadre des rapports homosexuels, souvent perçus comme ponctuels et sans projection possible sur l'avenir, et des recours faibles au safer sex dans un cadre hétérosexuel, à l'inverse perçu comme durable et source de projection.

1996
Deschamps, C., « Un début d’autonomisation des recherches sur la bisexualité », in Vancouver, XI Conférence Internationale sur le Sida, numéro spécial ANRS, Journal du Sida, Transcriptase, Paris, automne 1996, pp. 15-16. Résumé : cet article évalue les nouvelles façons de traiter des pratiques bisexuelles en sciences sociales dans un contexte épidémiologique, avec à la fois une autonomisation d'avec les recherches sur l'homosexualité masculine, mais aussi un intérêt toujours peu marqué pour les partenaires femmes des hommes bisexuels, et une absence totale de recherche sur les femmes à pratiques bisexuelles par rapport au VIH.

b- Participations dans des collectifs

2003
Deschamps, C., "l'ordre symbolique", "anormal" et "biphobie", in Tin L.-G., (dir.), Dictionnaire critique de l'homophobie, à paraître aux PUF courant 2003 (3 articles rendus et acceptés). Résumé : l'article sur "l'ordre symbolique" reprend les débats sociologiques, anthropologiques et historiques qui ont eu lieu autour du PaCS, en montrant combien des chercheurs ont parfois pu sortir de l'éthique scientifique pour tenir des rôles d'experts usant de leur légitimité universitaire. L'article sur "anormal" tente de montrer comment la définition historicisée et contextualisée des marges a pu servir en retour à circonscrire sans la nommer le champ de la normalité. L'article sur la "biphobie" interroge l'articulation de cette notion avec d'autres exclusions liées aux rôles sociaux de sexe, à l'orientation sexuelle et à la couleur de peau.

2003
Mendès-Leite, R., Deschamps, C., Proth, B., "Bisexualité", in Eribon, D. (dir.), Encyclopédie de la culture homosexuelle, à paraître aux éditions Larousse courant 2003 (article rendu et accepté). Résumé : ma partie a consisté à développer les rapports historiques et les tensions politiques et sociales entre les mouvements féministes lesbiens et le développement des associations bisexuelles non mixtes puis mixtes dans les pays anglo-saxons, du début des années 1980 à aujourd'hui.

2003
Deschamps, C., « Du simili-queer des bisexuels à la déconstruction via la bisexualité », in Minorités sexuelles et rapports sociaux de sexe (titre provisoire), collectif dirigé par Marianne Juricic (avec des articles de Nicole-Claude Mathieu, Colette Guillaumin…), à paraître aux éditions Complexe courant 2003 (article rendu et accepté). Résumé : Il s'agit dans cet article de montrer les similitudes, les paradoxes et les contradictions entre (et dans) les discours de la Queer Theory américaine, ceux entendus dans les associations politisées rassemblant des femmes et des hommes qui se disent bisexuels, et les questions théoriques que pose une réflexion sur la bisexualité et à partir d'elle. Deux niveaux d'appréhension retiennent l'attention : celui des rapports entre des enjeux idéologiques et stratégiques et les difficultés effectives de mettre ces enjeux à l'œuvre, et celui d'une "méthodologie" de la déconstruction sociale à laquelle tant une partie de la Queer Theory qu'un travail d'instrumentation de la bisexualité apportent des outils.

1998
Deschamps, C., « Just Be Queer ? », in Boursier, M.-H. (dir.), Q. comme Queer, Question de Genre, Cahiers GKC n°42, Lille, 1998, pp. 110-112. Résumé : cet article est une esquisse des rapports entre la Queer Theory et les débuts de construction collective des bisexuels occidentaux.

1998
Deschamps, C., « Saint Foucault selon Halperin », in Q. comme Queer…, op. cit., pp. 61-69. Résumé : il s'agit d'une discussion sur la Queer Theory telle qu'elle a été élaborée aux Etats-Unis en se nourrissant de références universitaires françaises. Quelques-uns des particularismes culturels américains et français sont dégagés, qui expliquent tant la location des lieux d'émission et de diffusion de la Queer Theory que les manières différenciées dont elle est reçue et appréhendée en France ou aux Etats-Unis.

1998
Mendès-Leite, R., de Busscher, P.-O., Deschamps, C., Proth, B., « Fantasmes et bisexualité », Panoramiques : Le cœur, le sexe et toi et moi, n°34, Paris, troisième trimestre 1998, pp. 54-61. Résumé : l'analyse d'entretiens semi-directifs avec des hommes déclarant des pratiques bisexuelles permet de repérer que plus les fantasmes masturbatoires évoqués par les enquêtés relèvent de scénarios élaborés, moins le sexe de leurs partenaires imaginaires n'a d'importance. Une lecture des fantasmes est un des moyens dont disposent les sociologues ou les anthropologues pour comprendre l'activation des principes de désir et de plaisir ; elle offre en outre un accès aux représentations transversales qui construisent le sujet sexualité et les sujets sexualisés.


3) Rapports de recherche

2003
Deschamps, C., La sécurité routière en France, Rapport à l'Acamémie des Sciences Morales et Politiques, sous la direction de Marianne Bastide-Bruguière (DR au CNRS).

2001
Deschamps, C., avec la collaboration de Bousquet, F., Une synthèse des enquêtes et recherches en sciences sociales sur l'infection à VIH/Sida en France, Rapport au Commissariat Général du Plan, décembre 2001, 80 p.

1999
Deschamps, C., Bisexualité et Bisexuels. De l'invisibilité à l'idéologie de la diversité : l'histoire d'un rapport ambivalent à la domination, Rapport à l'Agence Nationale de recherche sur le Sida (ANRS) suite à une allocation de recherche ANRS/CNRS de trois années, novembre 1999, 707 p.


4) Interventions à des conférences/colloques

15-16 mars 2002
Paris (Ecole Normale Supérieure, Ulm) : Genre et sexualité. Participation de Catherine Deschamps à la table ronde "les recherches sur les gays, les lesbiennes, les bisexuels, les transsexuels, les transgenres…".

21-23 juin 2001
Rotterdam (Erasmus Universiteit) : European Bisexual Conference 1 (EBC1). Présentation par Daniel Welzer-Lang et Catherine Deschamps de « les recherches sur la bisexualité et le sida dans les pays occidentaux francophones ».

25-26 mai 2001
Toulouse (Université Toulouse-II Le Mirail) : Bisexualité et rapports sociaux de sexe. Présentation par Catherine Deschamps de "Les apports de la Queer Theory dans les recherches de sciences sociales sur la sexualité".

15 mars 2001
Versailles (Palais des Congrès) : Observation : quels enjeux. Intervention à la table ronde « Observer, participer, restituer » (Handman, M.-E. ; Arbisio, Ch. ; Deschamps, C.).

3-5 avril 1998
Cambridge (Harvard University – USA) : 5th International Bisexual Conference : Unity and Diversity in Bi Communities, Queer Communities, and the World. Présentation de « Consequences of Social Representations and Images of Women on HIV Management » (Deschamps, C.) ; et participation à la Table Ronde « Current Psychological, Sociological and Anthropological Research on Bisexuality : A Roundtable Discussion » (Fox, R., Page, E., Rust, P., Pierce-Buxton, A., Deschamps, C.).

12-15 janvier 1998
Paris (UNESCO – France) : 2nd European Conference on the Methods and Results of Social and Behavioural Research on AIDS. Présentation de « Men with bisexual practices : A problematic Gender Differenciation » (Deschamps, C.).

7-12 juillet 1996
Vancouver (Canada) : XI International Conference on AIDS. Présentation par Catherine Deschamps de « Bisexuals, women and AIDS : The Fantasy of a Feminine Immunity » (Deschamps, C., Mendès-Leite, R.).

24-27 mai 1996
Berlin (Freie Universität – Allemagne) : 4th International Bisexual Symposium : Diversity, The Many Faces of Bisexuality. Présentation par Catherine Deschamps de « Bisexual Males and their Female Spouses : Management of the HIV/AIDS » (Deschamps, C., Mendès-Leite, R.).

30 août-2 septembre 1995
Budapest (Hongrie) : Second ESA Conference : European Societies : Fusion or Fission. Présentation par Catherine Deschamps de « Speak the unspeakable ? Structures and paradoxes of the secrecy and speach management » (Deschamps, C., Mendès-Leite, R., Proth, B.).


Enseignements


1) Enseignements réguliers

2001-2003
Suivi de mémoire de sciences sociales et cours de méthodologie à la Schola Cantorum (Ecole Supérieure de danse, de musique et d'art-thérapie). Deux heures par semaine à des étudiants en quatrième année. Les mémoires d'étudiants se destinant à devenir art-thérapeutes portent sur des aspects de la sociologie du corps, de la sociologie de la santé, de la sociologie de l'image et de l'anthropologie de la danse. Outre le suivi méthodologique des étudiants, mes interventions consistent en l'apport d'éléments théoriques dans les différents domaines cités.

2000-2003
Chargée de cours sur l'observation directe et les méthodes utilisées en micro-sociologie et ethnologie à Buc-Ressource (Ecole d'Educateurs Spécialisés de Versailles). Quatre sessions de dix-huit heures chacune tous les ans, à des étudiants en deuxième et quatrième année. Cours de travaux dirigés.

2000-2003
Chargée de cours sur l'introduction à l'ethnologie à Buc-Ressource. Deux sessions de six heures chacune tous les ans, à des étudiants en deuxième ou troisième année. Cours magistraux sur les travaux d'ethnologie menés en situation de proximité géographique et/ou hiérarchique.


2) Interventions ponctuelles

2003
Correction de l'épreuve de sociologie des étudiants en première année de médecine, à l'Université Lille-II. Sujet de l'épreuve : le développement des soins palliatifs dans les services de pédiatrie en France.

2002
Cours magistral de six heures sur "l'institution", à l'IRTS, Paris.

2002
Correction de l'épreuve de sociologie des étudiants en première année de médecine, à l'Université de Lille-II. Sujet de l'épreuve : L'hôpital de 1945 à nos jours, entre Etat-providence et nouvelles technologies (responsable : Catherine LeGrand-Sébille).

2002
Intervention sur la bisexualité et la gestion des risques VIH dans le séminaire de DEA de Maryse Jaspard, INED.

2002
Intervention sur la fonction sociale des stéréotypes dans le séminaire de troisième cycle de Rommel Mendès-Leite, EHESS.

2001
Interventions sur l'implication des chercheurs dans leurs problématiques de recherche dans les séminaires séparés de Marie-Elisabeth Handman et Rommel Mendès-Leite, EHESS.

2001
Intervention sur les différentes appréhensions possibles de la bisexualité dans le séminaire de Jean-Marie Sztalryd, Paris-XIII.

2001
Plusieurs intervention dans les séminaires de premier cycle de Catherine LeGrand-Sébille, Lille-II et le CRES, sur la notion de fidélité, sur la bisexualité et sur les pratiques hétérosexuelles de sexualité de groupe.


Recherches


2002
Bourse post-doctorale de deux ans (2002-2004) de Ensemble Contre le Sida sur la prostitution de rue à Paris et la gestion des risques sociaux et épidémiologiques des prostitués hommes, femmes et travestis. Recherche placée sous la responsabilité scientifique de Marie-Elisabeth Handman, du Laboratoire d'Anthropologie Sociale (EHESS/CNRS/Collège de France).

2002
Vacataire de recherche auprès de l'Université Paris-VIII (sous la direction de Jean-François Laé), avec un financement de la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et les Toxicomanies (MILDT), en vue d'une recherche qualitative sur les consommations criminalisées d'alcool et la gestion des risques. Recherche menée en collaboration avec Bruno Proth et deux doctorants de Paris-VIII, Séverine Fontaine et Grégory Duquesnoy.

2001
Vacataire de recherche auprès du Commissariat Général du Plan et de la Direction des Recherches, Etudes, Evaluations et Statistiques (DREES - Ministère de l'Emploi et de la Solidarité), en vue de la réalisation d'une synthèse des recherches de sciences sociales menées en France sur le VIH/Sida entre 1995 et 2000.

2001
Vacataire de recherche auprès de l'INSERM (Unité 88, sous la direction de France Lert), pour une étude qualitative sur les consommateurs de produits de substitution à l'héroïne, et pour une seconde enquête, quantitative, sur les patients séropositifs suivis dans les hôpitaux d'Ile-de-France.

2000
Vacataire de recherche auprès de l'Université Toulouse-II Le Mirail (sous la direction de Daniel Welzer-Lang), pour une étude qualitative sur les pratiques bisexuelles et la gestion des risques VIH/Sida.
1996-1998 : bourse de doctorat de trois ans de l'Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS/CNRS), pour une recherche sur la gestion des risques VIH par les femmes et les hommes à identité ou pratiques bisexuelles en Ile de France. Recherche placée sous la responsabilité scientifique de Marie-Elisabeth Handman, du Laboratoire d'Anthropologie Sociale.

1996-1998
Bourse de doctorat de trois ans de l'Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS/CNRS), pour une recherche sur la gestion des risques VIH par les femmes et les hommes à identité ou pratiques bisexuelles en Ile de France. Recherche placée sous la responsabilité scientifique de Marie-Elisabeth Handman, du Laboratoire d'Anthropologie Sociale.


Responsabilités administratives


De 1996 à 2000, j’ai été parmi les cinq membres du Conseil d’Administration du Zoo (association loi 1901), qui s’occupait, outre l'organisation de séminaires réguliers à Paris-I, d’organiser des rencontres inter-universitaires et interdisciplinaires en Province ou dans les régions francophones (Strasbourg, Toulouse, Lille, Bordeaux, Marseille, Bruxelles, Barcelone…) autour de la question « queer » et des « gay, lesbian and gender studies ». Le Zoo entretenait également des échanges constants avec des universitaires aux Etats-Unis, à Princeton et Berkeley en particulier.
Il a été aussi à l’origine de la publication d’un certain nombre d’ouvrages portant sur les minorités sexuelles, sur la performativité du langage, sur la réception cinématographique… (aux éditions GKC de Lille, ou chez Balland à Paris).

Depuis janvier 2001, je m’occupe du secrétariat du groupe de recherche du CNRS « altérité, sexualité, santé », placé sous la responsabilité scientifique de Marie-Elisabeth Handman (LAS/EHESS). Mon activité, en plus de la présentation de travaux au même titre que les autres participants du groupe, consiste dans le suivi administratif, le rappel des réunions mensuelles, les invitations d’intervenants extérieurs… L’un des buts que s’est fixé le groupe étant la publication d’un collectif autour des questions d’altérité, de sexualité, de perception du corps et de la maladie en rapport à la porosité des frontières catégorielles, je suis chargée avec Marie-Elisabeth Handman et Rommel Mendès-Leite de recueillir les articles et d’en assurer la cohérence rédactionnelle. Entre autres personnes, sont membres du GDR « altérité, sexualité, santé » : Corinne Fortier (CNRS), Catherine Legrand-Sébille (chargée de cours d’anthropologie de la maladie à l’université de médecine de Lille), Nicole-Claude Mathieu (EHESS), Bruno Proth (chargé de cours de sociologie à l’université de droit de Sceaux), Paola Tabet…

Depuis janvier 2003, je fais partie du conseil scientifique du "groupe de recherche sexualité" de Lille, placé sous la responsabilité scientifique de Catherine Le Grand-Sébille (Lille-II).